Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 12:07

 

Les samedis TREMA

 

Thèmes de réflexion écologie, mouvements, autogestion

A l’initiative de l’Association des Amis de Tribune Socialiste (journal du PSU),

Avec le soutien de l’Institut Tribune Socialiste, d’ATTAC, du CEDETIM et de La Confédération Paysanne

 

 

au CICP 21 ter, rue Voltaire Paris 11è Métro : Rue des Boulets

Crises agricoles et alimentaires

Les réponses de la souveraineté alimentaire et de l’agroécologie

Les approts de

Le samedi 7 février 2015

 

 

 

 

de 14 h 30 à 18 h 00

débattront de ces sujets et échangeront avec les participants :

 

Michel Buisson, agroéconomiste, auteur de « Conquérir la souveraineté alimentaire »,

Marc Dufumier, agronome et auteur de « Cinquante idées reçues sur l'agriculture et l'alimentation »

Claude Girod, responsable pour l’Europe du groupe de travail "commerce" de La Via Campesina.

 

Le débat sera suivi d’un pot amical à 18h00

Le débat

 

1.      La situation en Europe et dans le monde 

Crises des paysanneries, pauvreté, sous et mal-alimentation, accapare-ment des terres, crise écologique dans le cadre d’un système alimen-taire mondial dominé par les règles libérales (OMC, accords de libre-échange), les sociétés transnationa-les, les états puissants.

  1. Un autre monde possible 

Comment parvenir à la souveraineté alimentaire des pays au nom de leurs peuples, pour répondre aux besoins des paysans et des citoyens tout en protégeant la planète ?

 

 

Du tiers-mondisme à l’altermondialisme

 

 

Les grandes famines du Sahel des années 70-80, succédant aux famines en Chine et dans la péninsule indienne, avaient suscité en Occident un large mouvement « tiers-mondiste » au sein des associations et dans la mouvance politique.

Les émeutes de la faim dans les années 2000 nous rappellent que la question de l’alimentation reste d’actualité, tout en étant renouvelée par la crise écologique.

Depuis 1996, la revendication de la souveraineté alimentaire, portée par un large mouvement autour de La Via Campesina propose une alternative au libéralisme et à l'emprise grandissante de l'agrobusiness. Plus récemment, le développement de l'agroécologie contribue à renouveler radicalement les conditions de production.

Quelle est la situation aujourd’hui ? Quelles solutions alternatives sont à l'œuvre et à développer pour promouvoir les paysanneries du monde, assurer une alimentation satisfaisante pour tous et sauver la planète?

 

ATS 40, rue de Malte 75011 PARIS - www.psu-ats.org

 

 

Repost 0
Published by psu-ats
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 12:25

LA REGION 24 1 2015

Repost 0
Published by psu-ats
commenter cet article
2 janvier 2015 5 02 /01 /janvier /2015 21:14

I T S

LE TRAVAIL À L’ÉPREUVE DE L’UTOPIE. MICHEL LALLEMENT – MICHELLE PERROT

INSTITUT TRIBUNE SOCIALISTE

Mercredi 7 janvier 2015. 18h 30

Depuis quelques années l’idée d’utopies, d’utopies réalistes, connaît une nouvelle jeunesse : il s’agit, dans le prolongement des idées autogestionnaires, et en réaction aux politiques néo-libérales, à l’absence de perspectives globales, d’explorer d’autres possibles. Déjà, dans la deuxième moitié du XIX° siècle, dans le sillage de Fourier, des expériences ont été tentées. Michel Lallement s’est attaché à la figure de Godin et au familistère de Guise (une « utopie réalisée » si l’on en croit le bandeau du site internet qui présente le familistère et ses activités actuelles).
Jean-Baptiste Godin, homme du peuple et disciple de Fourier, devenu riche industriel, voulut mettre en pratique les idées de Fourier, et changer l’habitat ainsi que le rapport au travail. Il construit donc le Familistère de Guise (dans l’Oise), sur le modèle du phalanstère de Fourier. Dans l’entreprise, à défaut de reprendre toutes les idées de Fourier, il cherche à valoriser le talent, l’initiative et la ccopération, transformant l’entreprise en association ouvrière (coopérative de production). Il veut « éteindre le paupérisme en donnant aux classes laborieuses les garanties nécessaires à son existence », partager les bénéfices… Mais comment transformer les conditions de travail quand la production de richesse reste l’objectif prioritaire?
Pour changer le travail, que nous apprennent les utopies concrètes d’hier (celle du Familistère de Guise par exemple) et qu’imaginer pour demain ?

Michel Lallement : « Le travail de l’Utopie. Godin et le familistère de Guise » (Ed. Les Belles Lettres, 2009). « L’âge du Faire. Hacking, travail, anarchie » (Ed. Seuil,
2015).
Michelle Perrot est historienne, spécialiste du XIX° siècle. Elle a notamment travaillé sur les mouvements ouvriers (Les ouvriers en grève, Mouton), les enquêtes sociales, le système pénitentiaire, l’histoire des femmes. Elle produit et présente les Lundis de l’Histoire sur France Culture. Elle a publié récemment : « Mélancolie ouvrière » (Grasset, 2012), et « Des femmes rebelles » (Elyzad, 2014)


Entrée Libre

Institut Tribune Socialiste
40 rue de Malte
75011 Paris

(Escalier à gauche sous le porche. 1° étage)

 

Repost 0
Published by psu-ats
commenter cet article
3 décembre 2014 3 03 /12 /décembre /2014 11:12

portugal 6 dec

Repost 0
Published by psu-ats
commenter cet article
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 11:44

n 17 oct 014

Repost 0
Published by psu-ats
commenter cet article
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 11:42

n 17 oct 014-2

Repost 0
Published by psu-ats
commenter cet article
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 11:40

n 17 oct 014-3

Repost 0
Published by psu-ats
commenter cet article
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 20:49

LA CRISE DÉMOCRATIQUE

Journée de réflexion à l’initiative de l’Institut Tribune Socialiste (ITS)

 

COMMENT COMPRENDRE LE DÉLITEMENT DES SYSTEMES POLITIQUES ?
COMMENT S’EN SORTIR ?

 Le samedi 27 septembre de 10h à 17h
Au Centre International de Culture Populaire (CICP), 21 ter rue Voltaire à Paris (11°)

La « crise » que nous subissons aujourd’hui, n’est pas une succession ou une juxtaposition de crises éclatées : économique (ralentissement du développement, fermetures ou déplacement d’entreprises, limitation et concentration des emplois…), sociale (développement des inégalités, éclatement des liens sociaux, souffrance au travail…), politique (désaffection à l’égard des partis politiques, participation limitée aux élections, montée en puissance des partis d’extrême droite ou ultra libéraux/conservateurs…).

Nous pensons que nous vivons une crise fondamentale de la démocratie. Malgré les invocations et les démarches de plus en plus nombreuses et diversifiées de « démocratie participative », la dégradation du rapport des citoyens à la représentation politique connaît aujourd’hui une ampleur inégalée. La France est évidemment concernée, mais nous voyons bien que la perte de substance du rapport démocratique s’étend maintenant à toute l’Europe, ce qui témoigne de la profondeur de cette remise en cause.

Un constat s’impose : la crise systémique qui ébranle profondément les logiques de nos sociétés est impliquée dans la perte de substance du contrat démocratique, et les conséquences sociales d’une telle crise atteignent directement le vécu de nombre de citoyens, notamment dans les couches populaires. D’où le délitement d’un système d’alternance « socialistes/droite classique » aujourd’hui épuisé.

Du point de vue du nécessaire renouvellement de la pratique démocratique, la question centrale à reposer doit être celle du principe même de la démocratie : comment concevoir une  véritable « souveraineté populaire » dans les mutations des sociétés actuelles, autrement dit quelle est la place du citoyen dans les logiques de la décision publique ?

Quels sont les fondements d’une telle dégradation d’un principe jusqu’ici hautement proclamé et comment trouver des éléments de solution ?

Cette question sera abordée par une réflexion de fond sur le nécessaire renouvellement démocratique, sur les stratégies de changement social à mettre en oeuvre en tenant compte de l’impuissance des forces gouvernantes à faire émerger un quelconque projet de transformation socio-économique, des nouveaux territoires et pouvoirs qui se constituent autour et entre les grands espaces urbains, de la place à donner aux dynamiques régionales, de la nécessité de nouveaux modes de développement….

 

9h 30 – Accueil

10h  – 13h : QUELS CONSTATS ?

- Pierre MARTIN
 Pierre Martin, politologue, chargé de mission à la FNSP, est ingénieur de recherches CNRS au laboratoire PACTE ; il enseigne à l’Institut d’études politiques de Grenoble où il anime un groupe de recherches « Elections et partis ». Spécialiste des élections et des systèmes partisans, il a publié « Le déclin des partis de gouvernement en Europe » (Revue « Commentaire », automne 2013), et, avec Florent Gougou, « Gauche, droite et vote populaire » (« Commentaire », printemps 2014).
 Le déclin électoral des partis de gouvernements et le rapport des citoyens à la politique.

Débat

 - Christophe AGUITON
Chercheur, militant syndical et associatif, porte-parole d’ATTAC… Christophe Aguiton s’intéresse notamment aux mouvements sociaux, aux nouveaux moyens de communication, à l’altermondialisme… Avec Alain Caillé, Geneviève Azam et Roger Sue il a publié en 2006 : « Quelle démocratie voulons-nous ? Pièces pour un débat ».
Pour une démocratie horizontale.

- Serge DEPAQUIT
Chercheur au CNRS, Serge Depaquit s’intéresse particulièrement aux thèmes de la démocratie délibérative, du mouvement social, mais aussi du développement durable. Il est l’auteur de « Renouveler la démocratie, oui… mais comment ? »
Quelle place pour le citoyen dans la décision ?

Débat

Possibilité de repas sur place

14h – 17h : COMMENT S’EN SORTIR ?

- Emmanuel TERRAY
Anthropologue et ethnologue, Emmanuel Terray a confronté sa propre histoire et son engagement philosophique et politique aux problèmes sociaux que génèrent nos sociétés contemporaines, en particulier la question des travailleurs « sans papiers ». Il est, notamment, l’auteur de « Immigration : fantasmes et réalités » (avec Claire Rodier) et de « Penser à droite ».
Pourquoi faut-il remettre en cause la démocratie représentative ? Comment promouvoir des formes de démocratie directe ?

Débat

- Patrice COHEN-SEAT
Avocat.Directeur de campagne de Marie-Georges Buffet en 2007, ancien conseiller d’arrondissement de Paris 9ème, Président d’Espaces Marx, Patrice Cohen-Seat a notamment animé un groupe de travail sur les institutions et publié une brochure qui sera le thème de son intervention :
Pour une démocratisation permanente de la République.

Pierre KHALFA
Pierre Khalfa est syndicaliste, membre du Conseil économique, social et environnemental au titre de Solidaires, co-président de la Fondation Copernic et membre du Conseil scientifique d’ATTAC, co-auteur du livre « Que faire de l’Europe ? », Editions Les liens qui libèrent, avril 2014.
L’impensé démocratique de la construction européenne.

Débat

Présentation des rencontres 2014-2015

 

Repost 0
Published by psu-ats
commenter cet article
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 12:30

La crise démocratique

Journée de réflexion à l’initiative de l’Institut Tribune Socialiste (ITS)

COMMENT COMPRENDRE LE DÉLITEMENT DES SYSTEMES POLITIQUES ? COMMENT S’EN SORTIR ?

 Le samedi 27 septembre de 10h à 17h
Au Centre International de Culture Populaire (CICP), 21 ter rue Voltaire à Paris (11°)

La « crise » que nous subissons aujourd’hui, n’est pas une succession ou une juxtaposition de crises éclatées : économique (ralentissement du développement, fermetures ou déplacement d’entreprises, limitation et concentration des emplois…), sociale (développement des inégalités, éclatement des liens sociaux, souffrance au travail…), politique (désaffection à l’égard des partis politiques, participation limitée aux élections, montée en puissance des partis d’extrême droite ou ultra libéraux/conservateurs…).

Nous pensons que nous vivons une crise fondamentale de la démocratie. Malgré les invocations et les démarches de plus en plus nombreuses et diversifiées de « démocratie participative », la dégradation du rapport des citoyens à la représentation politique connaît aujourd’hui une ampleur inégalée. La France est évidemment concernée, mais nous voyons bien que la perte de substance du rapport démocratique s’étend maintenant à toute l’Europe, ce qui témoigne de la profondeur de cette remise en cause.

Un constat s’impose : la crise systémique qui ébranle profondément les logiques de nos sociétés est impliquée dans la perte de substance du contrat démocratique, et les conséquences sociales d’une telle crise atteignent directement le vécu de nombre de citoyens, notamment dans les couches populaires. D’où le délitement d’un système d’alternance « socialistes/droite classique » aujourd’hui épuisé.

Du point de vue du nécessaire renouvellement de la pratique démocratique, la question centrale à reposer doit être celle du principe même de la démocratie : comment concevoir une  véritable « souveraineté populaire » dans les mutations des sociétés actuelles, autrement dit quelle est la place du citoyen dans les logiques de la décision publique ?

Quels sont les fondements d’une telle dégradation d’un principe jusqu’ici hautement proclamé et comment trouver des éléments de solution ?

Cette question sera abordée par une réflexion de fond sur le nécessaire renouvellement démocratique, sur les stratégies de changement social à mettre en oeuvre en tenant compte de l’impuissance des forces gouvernantes à faire émerger un quelconque projet de transformation socio-économique, des nouveaux territoires et pouvoirs qui se constituent autour et entre les grands espaces urbains, de la place à donner aux dynamiques régionales, de la nécessité de nouveaux modes de développement….

 

9h 30 – Accueil

10h  – 12h 30 : QUELS CONSTATS ?

- Pierre MARTIN
 Pierre Martin, politologue, chargé de mission à la FNSP, est ingénieur de recherches CNRS au laboratoire PACTE ; il enseigne à l’Institut d’études politiques de Grenoble où il anime un groupe de recherches « Elections et partis ». Spécialiste des élections et des systèmes partisans, il a publié « Le déclin des partis de gouvernement en Europe » (Revue « Commentaire », automne 2013), et, avec Florent Gougou, « Gauche, droite et vote populaire » (« Commentaire », printemps 2014).
 Le déclin électoral des partis de gouvernements et le rapport des citoyens à la politique.

Débat

 - Michèle RIOT-SARCEY
Professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-VIII-Saint-Denis, Michèle Riot-Sarcey est l’auteure de plusieurs ouvrages sur l’histoire politique du XIXe siècle, sur les utopies (Le Réel de l’utopie), sur le féminisme (Histoire du féminisme) et sur la question du genre (De la différence des sexes. Le genre en histoire). Ses travaux de recherche portent sur les questions « Pouvoirs, savoirs, sociétés ».
De la Révolution à nos jours : de la démocratie du possible à la délégation de pouvoir

Débat

Possibilité de repas sur place

 

14h – 17h : COMMENT S’EN SORTIR ?

- Serge DEPAQUIT
Chercheur au CNRS, Serge Depaquit s’intéresse tout particulièrement aux thèmes de la démocratie délibérative, du mouvement social, mais aussi du développement durable. Il est l’auteur de « Renouveler la démocratie, oui… mais comment ? »
Quelle place pour le citoyen dans la décision ?

- Emmanuel TERRAY
Anthropologue et ethnologue, Emmanuel Terray a confronté sa propre histoire et son engagement philosophique et politique aux problèmes sociaux que génèrent nos sociétés contemporaines, en particulier la question des travailleurs « sans papiers ». Il est, notamment, l’auteur de « Immigration : fantasmes et réalités » (avec Claire Rodier) et de « Penser à droite ».
Pourquoi faut-il remettre en cause la démocratie représentative ? Comment promouvoir des formes de démocratie directe ?

 Débat

- Patrice COHEN-SEAT
Avocat.Directeur de campagne de Marie-Georges Buffet en 2007, ancien conseiller d’arrondissement de Paris 9ème, Président d’Espaces Marx, Patrice Cohen-Seat a notamment animé un groupe de travail sur les institutions et publié une brochure qui sera le thème de son intervention :
Pour une démocratisation permanente de la République.

 - Christophe AGUITON
Chercheur, militant syndical et associatif, porte-parole d’ATTAC… Christophe Aguiton s’intéresse notamment aux mouvements sociaux, aux nouveaux moyens de communication, à l’altermondialisme… Avec Alain Caillé, Geneviève Azam et Roger Sue il a publié en 2006 : « Quelle démocratie voulons-nous ? Pièces pour un débat ».
Pour une démocratie horizontale.

 - Pierre KHALFA
Pierre Khakfa est syndicaliste, membre du Conseil économique, social et environnemental au titre de Solidaires, co-président de la Fondation Copernic et membre du Conseil scientifique d’ATTAC, co-auteur du livre « Que faire de l’Europe ? », Editions Les liens qui libèrent, avril 2014.
L’impensé démocratique de la construction européenne.

 Débat

Présentation des rencontres 2014-2015

Repost 0
Published by psu-ats
commenter cet article
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 21:05

Invitation gorz-140827

Repost 0
Published by psu-ats
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de psu-ats
  • Le blog de psu-ats
  • : les amis de tribune socialiste Association pour la gestion du patrimoine du parti socialiste unifié
  • Contact

statuts de l'association

activité TREMA

Archives Du Blog

Pages