Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 18:56
 

AG du 21 mars 2009 des Amis de Tribune socialiste

  1. Compte-rendu du Débat: L’autogestion aujourd’hui

 

 

Le débat a été introduit par Pierre Thomé (membre des ATS) et Richard Neuville (animateur de la commission internationale des Alternatifs).


Pierre, dans le cadre de l’ouvrage qu’il projette1, a effectué des entretiens auprès d’acteurs actuels d’initiatives autogestionnaires en France. Il présente une comparaison entre la conception des jeunes et des plus anciens d’entre eux. Le terme même d’autogestion ne veut pas dire grand-chose pour les jeunes et il convient d’adapter le discours des années 70.



Anciens

Jeunes

Centres d’intérêt

Les mouvements sociaux et l’entreprise

L’humanitaire

Les valeurs

Les mouvements d’action catholique, le féminisme, le collectif et l’organisation

L’économie sociale et solidaire

La place des femmes n’apparaît plus comme une question


Mais ni pour les uns ni pour les autres l’autogestion n’apparaît comme un projet politique global. Il s’agit de pratiques et d’orientation de luttes.


Pourtant, Richard pense qu’il faut poser la question comme projet global. Elle est réapparue ces dernières années en Amérique latine sous deux formes.


D’un côté à travers des luttes et des mouvements de résistance à l’Empire (nord-américain) et comme foyers d’innovation sociale. C’est le cas du mouvement des «piqueteros» en Argentine (collectifs de chômeurs), du mouvement des Sans-terre au Brésil, ou encore de la CONAIE au Pérou. Ces mouvements pratiquent l’appropriation sociale et sont organisés territorialement dans les vastes espaces étatiques concernés.


La crise argentine du début de la décennie a permis un renouveau du mouvement coopératif, les travailleurs récupérant les entreprises tombées en faillite malgré les interventions policières. En s’appuyant sur les quartiers, ces mouvements ont obtenu l’expropriation des propriétaires défaillants. Entre 2001 et 2003, 200 entreprises industrielles regroupant 15000 travailleurs se sont constituées ainsi.

L’entreprise ZANON est un exemple: passée de 240 à 470 travailleurs sur la période, elle combine activité de production et action sociale de quartier.


Sur le plan institutionnel, suite à l’adoption de la nouvelle constitution vénézuélienne , des espaces d’autogestion se sont constitués dans les deux champs de la citoyenneté et de l’économique.

Dans le champ citoyen, une loi de 2006 a créé des structures de gestion locale par les habitants. Des conseils communaux regroupant de 200 à 300 familles sont élus pour deux ans hors partis. Ils se dotent de conseils pour la santé, le logement ou les transports.

Dans le champ économique, les coopératives sont passées de 100 en 1999 à 100 000 en 2006. Les grosses entreprises ont été nationalisées et co-gérées par l’Etat et les salariés.


Au cours du débat Jean-Jacques Boislaroussie rappelle que pour le PSU, l’autogestion est partie d’une démarche pragmatique pour aboutir à un projet global d’alternative au capitalisme et au socialisme bureaucratique. L’autogestion est un but, mais aussi un chemin et un moyen.

La démocratie participative ou la reprise en coopérative constituent un moyen mais non pas un projet. La première n’ambitionne pas de se substituer aux institutions tandis que la seconde est une démarche défensive.

La notion de rencontre des usagers et des salariés qui apparaît dans les luttes de défense des services publics, renvoie à une autre ambition.

Côté chemin, Bernard Huissou souligne qu’une lutte n’est pas « autogérée » mais « auto-organisée ».

Paulette Benard rappelle qu’autrefois le MPL et au MLO2, constitutaient des associations d’usagers intervenant dans la gestion des services publics et la gestion de maisons familiales.

Pour Alain Desjardins, le chemin c’était aussi l’idée de promotion collective grâce à la formation citoyenne et l’éducation populaire. La jonction militants/intellectuels jouait un rôle central pour aller vers un projet politique global.


Le projet pour Bernard Ravenel ne peut être qu’un projet socialiste. La disparition du concept de projet autogestionnaire est la conséquence de la disparition de tout projet socialiste.

Cette question divise les participants entre ceux qui pensent possible un «socialisme du 21è siècle» (selon l’expression d’Hugo Chavez), et ceux qui pensent que le socialisme étant dévalué et perverti il faut faire émerger des concepts nouveaux.

Les premiers (Richard, Jean-Jacques) soulignent l’intérêt que porte toute une frange de la jeunesse au concept (chez les libertaires notamment mais pas seulement), tandis que les seconds pensent qu’il faut se décentrer par rapport à l’entreprise (Pierre) ou encore que l’écologie politique est de fait un projet autogestionnaire (Didier Rod).


Dans la situation présente et la suite de fermetures d’entreprises, Richard rappelle l’urgence qu’il y a à empêcher le déménagement des machines. Ce serait une première étape qui permettrait ensuite de discuter du projet.

Selon Pierre, Charles Piaget qu’il a interrogé dans le cadre de l’ouvrage en cours, espère de son côté beaucoup des luttes qui vont se multiplier, pour relancer un grand mouvement social.


Ma conclusion toute personnelle, c’est que même si l’autogestion est à réinventer, elle redevient une voie d’alternative au capitalisme des dernières décennies et une solution à la crise sociale et politique actuelle. Faire revivre l’autogestion doit être notre tâche principale du moment, nous qui nous y référons dans nos statuts.

 

Jacques PIGAILLEM - secrétaire des ATS

 

 

1 Voir son canevas sur le blog des ATS

2 Mouvement de Libération du Peuple et Mouvement de Libération Ouvrière des années d’après guerre. Ancêtres du PSU

Partager cet article

Repost 0
Published by psu-ats - dans BULLETIN DU CA
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de psu-ats
  • Le blog de psu-ats
  • : les amis de tribune socialiste Association pour la gestion du patrimoine du parti socialiste unifié
  • Contact

statuts de l'association

activité TREMA

Pages